La Carafe


À peine notre marque La Carafe avait-elle réédité et remis au goût du jour la carafe des cantines françaises des années 60, restaurants et chefs étoilés la remettaient sur des tables on ne peut plus contemporaines.

Dès qu’il aperçut ce qui, sous son impulsion, deviendra La Carafe dans la vitrine d’une brocante du Marais, Laurent Caillet fut submergé d’émotion. Toute son enfance était là, dans ce pichet coloré des années 50–70… Aucun autre objet usuel de l’époque ne lui avait fait un tel effet ! D’où La Carafe tirait-elle donc son pouvoir d’évocation ? Réponse : de la parfaite adéquation entre sa forme et son usage, en un mot de l’excellence de son design. En effet, stable, légère et très facile à manier (ne fait pas de coulures, ni ne casse), La Carafe est aussi fort sympathique, si ce n’est rigolote, avec son fond coloré, ses cannelures et son assise rebondie.

Ne touche-t-elle pas notre âme d’enfant ? Si. Et parce que son design accroche ainsi tout naturellement et le regard et le geste, elle fixe discrètement notre mémoire, et l’on s’en souvient. Qu’on y ajoute l’élégance que lui confèrent la finesse et la sensualité de son col et l’on comprend qu’elle séduise les générations d’hier comme celles d’aujourd’hui. Grâce à l’excellence de son design, La Carafe ne se démode pas. Charmante dans sa version bicolore d’origine (jaune, orange, vert ou bleu « seventies »), n’est-elle pas des plus contemporaines en noir ou blanc, ou même Bordeaux ? Et que dire de ses versions unies ?