Carnet Papier d'Arménie
PAPIER D'ARMENIE

4,00 €

Le Papier d’Arménie est le seul parfum d’intérieur qui se présente sous la forme de papier à consumer. Découvrez ce carnet parfumé Tradition pour désodoriser toute la maison.

AMBCARNETPARF
Nouveau produit

- +

Les matériaux naturels qui composent ce parfum d’intérieur

Le benjoin est utilisé comme fixateur en parfumerie, notamment par Shalimar ou Guerlain. C’est en réalité une résine qui est issue du Styrax, un arbre poussant dans les forêts de l’Extrême-Orient. Composée à 25% d’acide benzoïque, elle possède même des propriétés antiseptiques !

Le papier buvard utilisé pour la réalisation des feuilles d’Arménie est une fibre d’origine naturelle. Les composants aromatiques qu’il contient sont de véritables secrets de fabrication. 

Comment désodoriser et parfumer avec le Papier d’Arménie ?

Ce carnet est composé de plusieurs feuilles de Papier d’Arménie à la couleur blanc cassé. Grâce à leurs propriétés désodorisantes, il suffit de les laisser se consumer dans une pièce pour retirer les mauvaises odeurs de cuisine, de tabac, de renfermé ou encore d’animaux.

Le mode d’emploi du Papier d’Arménie :

  1. Commencez par détacher une lamelle et pliez là en forme d’accordéon. 
  2. Posez la tranche du papier sur un support résistant à la chaleur comme un bougeoir en verre ou une assiette.
  3. Allumez une allumette et posez la flamme sur le papier, puis soufflez là pour qu’il ne s’enflamme pas, mais se consume lentement. 

Le Papier d’Arménie peut également être utilisé tel quel, sans se consumer. Il suffit de placer ses feuilles entières dans les armoires, commodes ou dressing pour les laisser diffuser leur parfum subtilement. 

Nous vous conseillons de brûler une seule lamelle à la fois et pas plus de 4 par semaines. Ne laissez jamais une feuille se consumer sans surveillance, ou à la portée des enfants. Pensez à aérer régulièrement les pièces de votre maison.

L’histoire du Papier d’Arménie

La grande histoire du papier d’Arménie commence au XIXe siècle, alors qu’Auguste Ponsot voyage en Arménie. Il découvre là-bas le Benjoin que les habitants utilisent pour parfumer et désinfecter leur maison. Séduit par ce produit, il l’emporte avec lui en France et le fait découvrir à son associé Henri Rivier. Ce pharmacien découvre qu’en dissolvant le Benjoin dans de l’alcool à 90°C, on obtient un parfum persistant ! Comme support, les deux hommes décident d’utiliser du papier buvard qui absorbe le mélange et conserve son odeur, la diffusant lorsqu’il se consume. C’est ainsi que le concept du papier d’Arménie est né !